Panier
10% de réduction avec le code SPRING10
Histoire du temps engrenage et horloge

7 étapes pour savoir qui a inventé le temps et les horloges.

Chaque jour, nous nous servons des montres, horloges et smartphones pour connaître l’heure et nous situer par rapport au temps. Mais, nous ignorons tout de l’origine du temps et de la création des horloges. Alors, qui a été le premier à inventer le temps ? D’où est née la notion de fabriquer des horloges pour connaître l’heure ? Apprenez sur ces notions en lisant cet article.

Histoire du temps de de l'horloge
Horloge et temps

Histoire de la mesure du temps

L’histoire de la mesure du temps remonte aux premières civilisations (Égypte, Chine). La mesure du temps a rapidement été une préoccupation importante, notamment pour organiser la vie sociale, religieuse et économique des sociétés. Les phénomènes périodiques du milieu où l’Homme vivait comme le déplacement quotidien de l’ombre, le retour des saisons ou le cycle lunaire ont servi de premières références.

Évolution de l’horloge au cours du temps

Depuis longtemps, les hommes cherchaient à se repérer dans le temps. Au départ, ils suivaient avec attention les mouvements du soleil et la disposition des étoiles. Grâce à des recherches constantes de précision, le temps a commencé à être mesuré à l’aide d’objets concrets. 

La méthode égyptienne

Les Égyptiens mesuraient le temps dès 3500 avant Jésus-Christ par l’astre du jour. Ils définissaient l’heure, grâce aux ombres de leurs obélisques afin de matérialiser l’orientation du soleil dans le ciel aux divers moments de la journée.

Le Gnomon

Le Gnomon crée par Anaximandre 3000 avant Jésus-Christ est le plus ancien des instruments astronomiques connus pour mesurer le temps. Avec cet instrument, le temps est mesuré par le déplacement de l’ombre d’un bâton. Il était doté d’un cadran solaire pour lire le temps. 

Le cadran solaire

C’est un dispositif créé en 1600 avant Jésus-Christ. Il donne l’heure du jour suivant la position de l’ombre d’un objet exposé aux rayons du soleil. Ce cadran dispose d’un cercle noir fractionné en 12 sections avec 15 degrés d’écart entre chaque section. À la base du cadran, on trouve un trou permettant de placer un bâton et de suivre le mouvement de l’ombre.

La Clepsydre

Le cadran solaire ne pouvant indiquer l’heure dans un espace sombre, poussa les Grecs a inventé une méthode plus perfectionnée. Ainsi, ils mettent au point une horloge hydraulique. Cette horloge en forme de cuve contient de l’eau qui s’écoule par un petit orifice. Avec le temps, les Grecs créent des horloges hydrauliques plus précises. À l’époque, ils installaient une aiguille des heures qui permet plus facilement sa lecture. 

Avènement du sablier occidental

Le sablier est apparu en Occident vers le XIIIe siècle. Il a été conçu avec un système d’écoulement de matière dans deux réservoirs joints de manière renversée. À la place de l’eau, il comporte un mélange de sable de poudre de marbre calciné, de coquilles d’œufs et de plomb ou de zinc. Il permettait de délimiter le temps des sermons et des cours dans les universités. Aujourd’hui, on l’utilise encore dans certains jeux de société. 

Lire aussi:  7 astuces pour mettre en valeur une horloge murale

La création de l’horloge mécanique

Les premières horloges mécaniques ont été inventées vers la fin du XIIIe siècle. Parmi les pionniers de cette invention se distinguent le médecin, astronome et universitaire italien Giovanni Dondi dell’Orologio et son père. Après 16 ans de recherche, il invente au milieu du XIVe siècle une horloge astronomique avec précision mathématique inégalée. Cette horloge donne non seulement l’heure, mais indique aussi la position des planètes. 

En effet, le cadran de cette horloge mécanique comporte 24 h, divisé en heures et en minutes. Cependant, il a fallu attendre le 15e siècle pour avoir le cadre à 12 h connu de tous. Ensuite, c’est un siècle après que l’aiguille des minutes a été distinguée. Cette machine fonctionnait à l’aide d’un poids suspendu par une corde ou chaîne au-dessus de l’objet. C’est grâce à ce poids que l’aiguille tourne. 

Par ailleurs, afin de réguler la chute du poids, la pièce appelée foliot est utilisée à partir du 16e siècle. Ainsi, les pendules à foliot sont nés. C’était une horloge très dispendieuse dont seulement les personnes nanties pouvaient s’en procurer. C’était aussi utilisé dans les lieux religieux pour contrôler l’heure des prières. 

En participant toujours au perfectionnement de la conception des horloges, le scientifique Galilée a découvert une théorie sur les lois d’oscillation. Ceci est un système qui comporte un pendule lié à un ressort et à un mécanisme de régulation. Ce mécanisme permet de maintenir un rythme régulier du mouvement des horloges. Il correspond au balancier. 

L’horloge, symbole du pouvoir à la Renaissance

Au XVIe siècle, la production horlogère constitue le sommet de la complexité technologique : posséder une horloge ou une montre est un privilège réservé aux personnes fortunées. Les premiers centres de fabrication apparaissent dans les grandes villes et dans les cours royales. La ville de Paris est la première à promulguer les statuts d’une corporation d’horlogers en 1544. À Blois, sous le règne d’Henri II (1547-1559), la présence de la Cour entraîne l’essor d’artisans horlogers qui se structurent en corporation ; celle-ci demeure très active durant tout le XVIIe siècle.

Le second centre majeur du XVIe siècle se situe en Bavière, à Nuremberg et Augsbourg, où les artisans horlogers se spécialisent dans les horloges à automates. L’Allemagne commence également à produire des montres destinées à l’Empire ottoman. À Genève et à Londres, l’immigration d’horlogers protestants français qui fuient les conflits religieux, favorise la naissance d’une production florissante au XVIIe siècle.

La naissance de l’horloge à pendule

Jusqu’au 17e siècle, l’horloge était régulée par le balancier à foliot. En effet, son va-et-vient inconstant engendre des écarts d’heures pouvant aller jusqu’à 1 h par jour. Il fallait donc trouver un système de balancier, afin de perfectionner la précision des horloges. 

Léonard de Vinci a essayé d’adapter un pendule sur une horloge sans forcément y arriver. De son côté, Galilée utilisait le pendule pour mesurer le temps de ses expériences. Mais, c’est Christiaan Huygens le mathématicien et astronome néerlandais qui est arrivé à mettre au point un pendule sur une horloge. Celui-ci s’est inspiré des travaux de Galilée sur l’oscillation. 

La précision du pendule était suffisante au point où une deuxième aiguille, particulièrement celle des minutes a été ajoutée sur le cadran de l’horloge. Cette horloge devient donc la première pendule inventée. Toutefois, les horloges contenant une aiguille seulement celle des heures, continuaient à être fabriqué jusqu’en 1780. Dès lors, Christiaan Huygens avait déjà découvert que l’emploi d’un ressort spiral augmentait la fiabilité et la précision des montres. 

Lire aussi:  Pourquoi chaque maison devrait avoir une horloge murale dans la salle de bain

Ainsi, le ressort spiral a permis de retrancher le balancier pendulaire de l’horloge. Ce dernier entraîna une réduction considérable de la taille des horloges. Par conséquent, les horloges sont revenues à des prix plus bas. Dès ce moment, presque toutes les maisons en disposaient, sous une première forme d’horloges de parquet, puis de pendules de cheminée.

En continuant ses recherches dans le but d’améliorer l’horlogerie, le scientifique néerlandais sort un ouvrage intitulé Horologium. Il reprend ces travaux sur la théorie de Galilée, et crée le principe de l’isochronisme. Ce principe indique que le mouvement des pendules bascule dans le même intervalle de temps malgré que l’amplitude du mouvement puisse changer. 

Ce nouveau dispositif régulier avec son horloge à pendule devient la référence la plus fiable des systèmes de mesure du temps. Ceci, durant plusieurs siècles. C’est pour cette raison en effet que Christiaan Huygens est considéré comme le père de l’invention de l’horloge à pendule. 

L’horlogerie de précision au siècle des Lumières

Depuis les avancées des travaux de Christiaan Huygens, le comptage de temps est devenu plus sûr et précise. Cependant, face aux difficultés techniques rencontrées, comme la dilatation du métal des balanciers causée par la température, des recherches plus précises s’avèrent indispensables. Ainsi, au XVIIIe siècle plus précisément en 1726, l’horloger anglais John Harrison suggère une pendule à plusieurs métaux. Cette dernière pouvant supporter les effets des changements thermiques. 

Toujours dans la même dynamique, des pendules plus perfectionnées avec une haute précision indiquant les secondes ont été inventées. Ces pendules étaient destinées à indiquer l’heure de référence, afin de mettre à niveau d’autres horloges et montres. 

On doit ces inventions aux horlogers tels que : Jules et Pierre le Roy, Ferdinand Berthoud, Jean-André Lepaute, Abraham Louis Breguet, Robert Robin et Antide Janvier. De plus, en 1766, le français Pierre Le Roy créa un appareil de précision, sûr en mer. Cet appareil marqua les débuts de la chronométrie moderne.

Le succès des Comtoises

Au 17e siècle, l’horlogerie a connu des progrès significatifs. De même, en s’inscrivant dans l’optique de performance, les horlogers mécaniciens du siècle des Lumières ont effectué des exploits techniques. En dépit de toutes ces avancées, les horloges à poids demeurent l’utilisation majoritaire en Europe.

Par ailleurs, le monde a connu la conception de nouvelles horloges appelées les Comtoises. Ces horloges étaient fabriquées en Franche-Comté et prédominaient toutes les fabrications artisanales françaises. Ces horloges se particularisent par la présence de deux mécanismes. L’un est pour le mouvement et l’autre pour la sonnerie. Sa régulation est assurée par un long balancier ou pendule qui s’est avéré précis et fiable.

En sommes, le temps est un sujet captivant qui a poussé l’homme à inventer tous ces systèmes pour l’apprivoiser. Nous utilisons aujourd’hui des horloges et montres pour nous repérer dans le temps. Ces objets de prestige sont devenus populaires grâce aux avancées des travaux de ces scientifiques de renommée.

0